What is a digital platform? Platformization [French translation provided]

What is a digital platform?
What is a digital platform?

In a series of short articles, we will try to address the business transformations induced by technological innovations and the so-called digital innovations.

We will have to pretend to be futurologists, but we will base our visions on facts observed concretely, avoiding perspectives that are too uncertain.

A Digital Revolution

Why is there so much talk today about a digital platform? Simply because it makes you dream! A simple observation: When we compare the 10 largest capital values in the world, the evolution is impressive:

In 2006, the 10 largest valuations were manufacturers or banks.

In 2019, the world’s highest valuations that have replaced Exxon and General Electric include Alphabet (Google) and Amazon platforms.

It is not only the massive use of computer technology that has made this revolution. It is, above all, the understanding that wealth is no longer simply found in the added value of a product (which can only grow linearly), but rather in the value indirectly captured by the (networked) relationship between the service provider and service consumer.

The great economic schism opposes two visions of the business world: the traditional vision which, until the end of the 20th century, aimed at positioning a maximum barrier to the entry of new participants or the achievement of competing businesses. This conservative position is opposed to a modern vision in total orthogonality where we reason in terms of the strength of the ecosystem and where it is essential to erase all barriers to the entry of new players, customers or partners, who then participate in your growth.

The Network Economy

This new vision, although born in the late 1970s in California universities, did not develop until the beginning of the 21st century. It is what we generally call the “network economy.”

But what is the miracle recipe of this new economy that has allowed companies that did not exist 20 years ago to be in the top 10 capital gains?

How do you become a surfer on the wave of this new economy?

Let’s try to analyze the situation to better understand it.

Let’s take a step back and look at the capitalistic evolution of the winners of the network economy. What is the shape of this evolution, what is the shape of their growth curve?

Let’s look at some of them:

The first example, let’s look at the growth of Facebook:

The second example, let’s look at Google’s turnover:

Another good example, let’s look at the comparative evolution of Amazon and Walmart:

What can we deduce from this? That the big difference between the evolution of traditional companies and the evolution of companies in the network economy is based on a de-linearization of the growth model which is more like an exponential evolution.

Traditional vs Network Economy

The industrial era was driven by linear laws, which we have all learned from economics. If two machines produce 100 cars a day, three machines produce 150 cars a day. This is a bit simplistic, reductive, but not so false and all industrial business plans are based on the composition of similar affine functions.

The big difference with the companies of the new economy (the network economy) is that these companies no longer rely on industrial production lines evolving by affine functions, but on digital laws, because they no longer use physical assembly lines, but digital tools: computing power, network power.

The evolution of computing power depends directly on the evolution of the power of microprocessors, which follows an exponential law, Moore’s law. This empirical law, born from the conjecture of Gordon Moore, Intel’s father, predicts a doubling of the computing power of computers every 18 months: an exponential curve.

Concerning the power of networks, by which we mean the value of a network, this value follows another exponential law, Metcalfe’s law, which dictates a valuation growth that evolves according to the square of its users. So, we are well within an exponential function here as well.

The difficulty, for the average person, is to become aware of the enormous acceleration of the power brought by these exponential evolutions, compared to the power of a linear evolution. It is not easy for a human to “think exponentially.”

We can try by giving a concrete example: If the evolution of automobiles followed an exponential function, we would all have a car in our garage that would run at 500 mph, while consuming 200 miles per gallon and cost $1.5!!!

Another example of exponential law: Let us imagine a journey of several stages, 30 for example. If at each stage, we add 30 cm (we make a 30 cm step), after 30 steps, we have advanced 9 m. But if instead of adding 30 cm, we double the distance traveled at each step. The first step will always be 30 cm, the second 60, at the third we will be 1.2 m, and can you guess what the distance traveled at the 30th step would be? The distance from the Earth to the Moon!

This force, this difference in power, some entrepreneurs in Silicon Valley quickly apprehended it and based all the efforts of their business to position themselves on these exponential laws. Taking advantage of digital technological innovations (AI, Big Data, APIs) and the growth of their networks, they built platforms that, by bringing exponential value to an equally exponential growth of their users, had an equally exponential economic result!

We all have in mind some concrete application of these benefits through the success stories of Amazon, the largest bookstore without a single bookstore, Uber, the largest taxi platform without a single car or Airbnb, the largest hotel business without a single hotel!

It is these platforms that we will discuss in the next few articles. We will analyze in a future article the technological tools to be put in place to position ourselves as a platform, then we will study, by business verticals, the impact of new technologies, and the assets that could bring new economic giants into being, or more humbly save some industries from bankruptcy in the short term.

Follow us in the adventure of technological innovation, of an open world via APIs, a world of ecosystems, think exponential, think platform.

Download the whitepaper, Modernize your IT infrastructure with APIs.

Stay tuned for the next chapter.

============================================================

VERSION FRANÇAISE

Plateformisation.

Qu’est-ce qu’une plate-forme digitale ?

Nous allons essayer, par une série de petits articles, d’aborder les transformations business induites par les innovations technologiques, et en particulier celles que l’on appelle les innovations digitales.

Nous devrons forcément jouer un peu les futurologues, mais nous baserons nos visions sur des faits observés concrètement, en évitant des perspectives trop peu certaines.

Une révolution digitale

Pourquoi parle-t-on autant aujourd’hui de plateforme digitale ? Simplement parce que cela fait rêver ! Une simple observation :  lorsque l’on compare les 10 plus grosses valeurs capitalistiques mondiales, l’évolution est impressionnante :

En 2006, les 10 plus grosses valorisations étaient des industries ou des banques.

En 2019, quelles sont les plus grosses valorisations mondiales : les plateformes Alphabet (Google) ou Amazon ont remplacé les Exxon et General Electric.

Ce n’est pas seulement l’utilisation massive de technologies informatiques qui a fait cette révolution. C’est surtout la compréhension que la richesse ne se trouve plus simplement dans la valeur ajoutée d’un produit (qui ne peut croître que de manière linéaire), mais bien plus dans la valeur indirectement captée par la mise en relation (en réseau) de fournisseur de service et de consommateur de services.

Le grand schisme économique oppose, en effet, deux visions du monde des affaires : la vision traditionnelle qui, jusqu’à la fin du XXe siècle, visait à positionner un maximum de barrières à l’entrée de nouveaux participants ou à l’accomplissement de business concurrents. Cette position conservatrice s’oppose à une vision moderne en totale orthogonalité où l’on raisonne en termes de force de l’écosystème, et où il est primordial de gommer toutes les barrières à l’entrée de nouveaux acteurs, clients ou partenaires, qui participent alors à votre propre croissance.

La « network economy »

Cette nouvelle vision, bien que née dès la fin des années 70 dans les universités californiennes, ne s’est vraiment développée qu’au début du XXIe siècle. C’est ce que nous appelons généralement la « network economy », l’économie de réseau.Mais quelle est donc la recette miracle de cette nouvelle économie qui a permis à des sociétés, qui n’existaient pas il y a 20 ans de ça, d’être aujourd’hui dans les 10 premières valorisations capitalistiques ?

Comment faire pour à son tour devenir un surfeur sur la vague de cette nouvelle économie ?

Essayons d’analyser la situation pour mieux la comprendre.

Prenons un peu de recul et regardons les évolutions capitalistiques des vainqueurs de la network economy. Quelle est la forme de cette évolution, quelle est la forme de leur courbe de croissance ?

Observons-en quelques-unes :

Premier exemple, regardons la croissance de Facebook :

Deuxième exemple, voyons le chiffre d’affaires de Google :

Un autre bon exemple, regardons l’évolution comparative d’Amazon et de Walmart :

Que peut-on en déduire ? Que la grande différence entre l’évolution des entreprises traditionnelles et l’évolution des entreprises de la network economy repose sur une dé-linéarisation du modèle de croissance qui se rapproche plus d’une évolution exponentielle.

Economie traditionnelle vs network economy

L’ère industrielle était conduite par des lois linéaires, que nous avons tous apprises en leçons d’économie. Si deux machines produisent 100 voitures par jour, trois machines en produisent 150. C’est un peu simpliste, réducteur certes, mais pas si faux, et tous les business plans industriels reposent sur la composition de fonctions affines semblables.

La grande différence avec les entreprises de la nouvelle économie (la network economy), c’est que ces dernières reposent non plus sur des lignes de production industrielles évoluant par des fonctions affines, mais sur des lois du digital, car elles n’exploitent plus des chaînes de montage physiques, mais les outils du numérique : puissance de calcul, puissance des réseaux.

Pour ce qui est de l’évolution de la puissance de calcul, elle dépend directement de l’évolution de la puissance des microprocesseurs qui suit une loi exponentielle, la loi de Moore. Cette loi empirique, née de la conjecture de Gordon Moore, le papa d’Intel, prévoit un doublement de la puissance de calcul des ordinateurs tous les 18 mois : une courbe exponentielle.

En ce qui concerne la puissance des réseaux, entendons par là la valeur d’un réseau, cette valeur suit une autre loi exponentielle, la loi de Metcalfe, qui dicte une croissance de valorisation évoluant en fonction du carré de ses utilisateurs. Nous sommes donc bien, là aussi, dans une fonction exponentielle.

La difficulté, pour le commun des mortels, c’est la prise de conscience de l’énorme accélération de la puissance apportée par ces évolutions exponentielles, comparées à la puissance d’une évolution linéaire. Ce n’est pas facile pour un humain de « penser l’exponentiel ».

On peut essayer en donnant un exemple concret :

Si l’évolution des automobiles suivait une fonction exponentielle, nous aurions tous dans notre garage une voiture qui roulerait à 850 km/h, tout en consommant 1l / 100 km et qui coûterait 1,5 $!!!

Autre exemple de loi exponentielle :

Imaginons un voyage de plusieurs étapes, 30 par exemple. Si à chaque étape, nous additionnons 30 cm (on fait un pas de 30 cm), au bout de 30 pas, nous avons avancé de 9 m. Mais si au lieu d’additionner 30 cm, on double à chaque étape la distance parcourue. La première étape sera toujours de 30 cm, la deuxième 60, à la troisième nous serons à 1,2 m, et sauriez-vous deviner quelle serait la distance parcourue à la 30e étape ? La distance de la Terre à la Lune !

Cette force, cette différence de puissance, quelques entrepreneurs de la Silicone Valley l’ont rapidement appréhendée et ont basé tous les efforts de leur business pour se positionner sur ces lois exponentielles. Tirant parti des innovations technologiques digitales (IA, Big Data, API) et de la croissance de leurs réseaux, ils ont construit des plateformes qui, en apportant de la valeur exponentielle à une croissance, elle aussi exponentielle, de leurs utilisateurs, ont eu un résultat économique tout aussi exponentiel !

Nous avons tous en tête quelques applications concrètes de ces bénéfices à travers les réussites d’Amazon, le plus grand libraire qui ne possède pas une seule librairie, Uber, la plus grosse plate-forme de taxi qui ne possède pas une seule voiture, ou bien Airbnb, le plus gros business hôtelier qui ne possède pas un seul hôtel !

C’est de ces plateformes que nous allons traiter dans les prochains articles. Nous allons analyser dans un prochain article les outils technologiques à mettre en place pour se positionner en tant que plateforme, puis nous étudierons, par verticales business, l’impact des nouvelles technologies, et les atouts qui pourraient faire éclore de nouveaux géants économiques, ou plus humblement sauver certaines industries d’une faillite à court terme.

Suivez-nous dans l’aventure d’innovations technologiques, d’un monde ouvert via des API, un monde d’écosystèmes, pensons exponentiel, pensons plateforme.

Téléchargez le livre blanc « Modernisation de votre infrastructure informatique grâce aux API ».

Suivez-nous pour découvrir plus d’informations digitales.

 

2 COMMENTS

  1. Great article! We thought we knew these laws that govern the digital universe, but I think that this light on the relationship between these laws and the success of the digital business is really very clear.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here